Les enjeux du tourisme d’affaires

Les enjeux du tourisme d’affaires

Qu’il s’agisse d’un salon, d’une conférence, d’un colloque ou d’un événement interne à une entreprise, le marché des rencontres et des événements professionnels est en plein développement. Facette parfois méconnue du tourisme, l’industrie du voyage d’affaires pèse plus de 29 milliards d’euros en France. C’est un marché qui vient d’ailleurs complémenter le tourisme de loisirs et qui s’organise à l’échelle internationale. Le tourisme d’affaires est un levier de développement et d’attractivité pour les territoires qui doit aussi faire face à de nombreux enjeux dans un contexte ultra concurrentiel porté par la transformation digitale des organisations. Entre bleisure, impact technologique et question sécuritaire, retour sur trois enjeux du tourisme d’affaires.

Le bleisure : allier plaisir et obligations professionnelles

Contraction des mots « business » et « leisure« , le bleisure est une tendance très présente en Amérique du Nord et qui tend à se développer en Europe. Le but du bleisure est de profiter d’un déplacement professionnel pour prolonger un séjour sur place. De quelques heures à plusieurs jours, c’est un moyen de découvrir ce que la destination choisie par l’organisateur d’un événement peut offrir. C’est un enjeu important, car s’ils n’ont souvent que peu d’influence sur le choix d’une destination, les participants à un congrès ou un salon découvrent alors un territoire qu’ils n’auraient peut-être pas connu autrement.

Dans un cadre financier limité pour les entreprises, avec des politiques de voyage d’affaires restrictives, tout doit être optimisé. Les séjours sont courts et plus fatigants. Le bleisure intervient alors comme une récompense permettant d’équilibrer les obligations de déplacement avec une nouvelle opportunité de découvertes.

Pour attirer et fidéliser les professionnels en déplacements et à la recherche de bleisure, certains hôtels adaptent leurs offres en conséquence avec des forfaits détentes ou des réductions sur les nuits suivant l’événement. Certains proposent également des forfaits familiaux afin que conjoints et enfants puissent se retrouver une fois les obligations professionnelles assumées. Un changement de comportement notamment plébiscité par les nouvelles générations et qui crée des relais de croissance nouveaux pour les professionnels du tourisme.

L’impact technologique

Si le smartphone est devenu depuis plusieurs années notre premier écran, c’est parfois le seul pour les professionnels en déplacement. Depuis peu, il est utilisé comme un outil de communication visant à faciliter l’organisation et le bon déroulement d’un voyage d’affaires. On trouve de plus en plus d’événements qui disposent d’une application mobile dédiée réservée aux participants. Cette dernière comprend alors le programme, l’inscription à des ateliers et conférences, l’annuaire des participants, un système de notification, et un plan avec géolocalisation pour retrouver son hôtel, un restaurant ou son chemin dans les très grands sites (complexes hôteliers, campus, etc.). Dans certains cas, un assistant virtuel nourri à l’intelligence artificielle peut même répondre à toutes les questions des participants. Entre problème logistique et recommandations touristiques, l’utilisation de la technologie dans les déplacements professionnels enrichit l’expérience vécue.

Enfin, il va sans dire qu’une connexion Wi-fi et plus globalement un accès Internet à très haut débit sont désormais incontournables et attendus.

La question de la sécurité

Lorsque les voyageurs d’affaires doivent parcourir des milliers de kilomètres pour assister à un événement dans un autre pays, la question de la gestion des risques est essentielle. Entre incertitudes géopolitiques, risques terroristes et incidents climatiques, les organisateurs d’événements et les entreprises qui envoient leurs salariés en déplacement se doivent d’être préparés.

En effet, les entreprises ont l’obligation de porter assistance à leurs collaborateurs en déplacement en cas de situations dangereuses. Un devoir de protection que l’on appelle aussi « Duty of Care » et qui prend du temps à se formaliser. Une étude menée par SAP Concur révèle que moins d’un salarié sur deux fait confiance à son employeur sur sa capacité à prendre en compte les risques auxquels il est confronté lors de ses déplacements.

Pour y faire face, les acteurs du tourisme d’affaires se mobilisent avec des services de sécurité, des assurances dédiées et un accompagnement sur mesure pour accueillir les voyageurs dans les meilleures conditions possibles. Des offres qui se développent aussi en France, où les attentats de 2015 ont eu un impact sur la volumétrie touristique dans les grandes villes européennes.

Que ce soit pour rencontrer des clients, se former à des nouvelles pratiques, retrouver ses pairs ou participer à un événement corporate, le voyage d’affaires est une pratique qui fait partie de la vie de l’entreprise. C’est un marché porteur pour les futurs professionnels du tourisme, afin de travailler côté organisation (territoires, hôtels, palais des congrès), logistique (transports, assurances, agences de voyages, relation client) ou entreprise (organisation, démarchage, réservation), que ce soit en France ou à l’étranger.

Comments are closed.