Voyages d’affaires : quelle place pour l’intelligence artificielle ?

Voyage d’affaires : quelle place pour l’intelligence artificielle ?

 « Aujourd’hui, la machine est meilleure que l’humain », souligne Eneric Lopez, Strategy Director chez Microsoft. Elle est également capable d’extraire l’information et de la comprendre.

Bot, machine learning, etc… l’intelligence artificielle a déjà commencé à s’intégrer à l’industrie du voyage.

Pour Eneric Lopez, « elle permet d’amplifier l’ingéniosité humaine. On va pouvoir avoir des machines qui vont nous aider à raisonner avec des données plus ou moins partielles et comprendre mieux notre environnement. »

La puissance de calcul de l’intelligence artificielle (IA) permet de générer des masses d’informations, et les progrès réalisés en algorithmie, tels que la reconnaissance vocale, d’objets, d’images lui donne un avantage sur l’humain.

Carlson Wagonlit Travel (CWT) a déjà commencé à intégrer l’intelligence artificielle à son offre client, dans l’objectif d’« optimiser l’expérience client ». Et cherche à aller plus loin.

CWT travaille en partenariat avec un écosystème de start-up pour déployer de nouveaux concepts, tel que le messaging, « extrêmement important sur certains marchés, notamment les Etats-Unis ou la Chine (Wechat) », ou les moyens de paiement virtuels, plus flexibles, comme les cartes et porte-monnaie virtuels..

La data permettra, elle, d’optimiser en temps réel les tarifs aériens et hôteliers notamment. On n’est plus dans l’assistanat mais dans le prédictif. Le « Price-tracking » sera prochainement disponible. « Des start-up comme Yapta et FLYR se sont spécialisées dans ce domaine, et leurs services seront bientôt intégrés à notre plateforme en Europe».

En 2017, la collaboration avec la start-up Yapta a permis à CWT de faire économiser 40 millions de dollars à ses clients basés aux États-Unis. « En 2018, nous visons 100 millions de dollars d’économies. L’objectif à terme est de 250 millions de dollars ».

Pour mettre à disposition du voyageur d’affaires de nouveaux services en mobilité, CWT étudie de près les nouvelles technologies : objets connectés et blockchain, ces nouvelles bases de données décentralisées. « On cherche la valeur ajoutée que l’on peut apporter grâce à ces technologies », a expliqué le CTO de CWT.

Source

Raussin Pierre

Comments are closed.