FR | EN

Les 10 plus beaux parcs nationaux des États-Unis

Les 10 plus beaux parcs nationaux des États-Unis

S’il y a bien un pays où la nature sauvage attire de nombreux touristes, ce sont les États-Unis. Avec 63 parcs nationaux, il est facile de trouver des paysages à couper le souffle. Ces parcs constituent des lieux uniques, voire iconiques pour certains, qui cultivent le symbole de cette Amérique sauvage, diverse, aventureuse et naturelle. Et en matière de diversité, il y a de quoi voir. Glaces, dunes, canyons tropicaux, arches de pierre, geysers, lacs, montagnes, marais… chaque parc est unique et constitue en soi une expérience à vivre. Et s’il fallait en retenir seulement 10 sur ces 63 ? Le choix est difficile, mais nous avons notre liste. Nous vous emmenons dans un road-trip à l’américaine pour découvrir ces merveilles de la nature.

Yosemite (Californie)

Ce parc est un condensé naturel de ce que la Californie peut offrir de mieux. Commençons par l’une des plus grandes formations rocheuses en granit avec El Capitan. Un must pour les amateurs d’escalade, mais aussi pour les randonneurs et les touristes. Tellement iconique qu’il sera choisi par Apple pour nommer son système d’exploitation macOS en 2015 ! Il faut également citer Half Dome et Glacier Point, ainsi que la plus haute chute d’eau d’Amérique du Nord.

Yosemite peut se visiter en quelques heures ou quelques jours. On peut y grimper, faire de la randonnée, observer les étoiles, nager dans la rivière, louer un canot, etc. Mais autant vous prévenir que vous ne serez pas seul : c’est le 5e parc national le plus visité en 2019, avec 4,4 millions de visiteurs.

Yellowstone (Wyoming)

C’est le parc le plus ancien et l’un des plus beaux, par tous les temps et en toutes saisons. Yellowstone possède des caractéristiques géologiques inégalées que vous ne trouverez nulle part ailleurs. Il compte ainsi deux tiers des geysers de la planète et de nombreuses sources chaudes. L’une des figures emblématiques du parc est le geyser Old Faithful ainsi que le bassin d’eau chaude du Grand Prismatic Spring avec ses couleurs éclatantes. Un must absolu !

Grand Canyon (Arizona)

Avec ses escarpements rouge orangé, ses falaises à pic et sa nature sauvage, il s’étend sur 16 kilomètres de largeur et 450 km de longueur. Visité par près de 6 millions de personnes en 2019, il est sur la route de tous les touristes du Grand Ouest. En dehors des paysages incroyables et des randonnées mémorables, le Grand Canyon a aussi été aménagé en certains endroits avec un pont transparent pour avoir la sensation de marcher dans le vide, ou encore une tyrolienne. Sans compter les balais des hélicoptères qui tournent autour du canyon pour ravir les touristes ! Néanmoins la vraie expérience reste la randonnée d’un bout à l’autre, ce qui vous prendra quelques jours et une excellente condition physique !

La Vallée de la Mort (Californie)

Le nom n’est guère engageant et pour cause : l’endroit est désertique et les conditions de vie extrêmement difficiles. La vallée de la mort est le point le plus bas de l’hémisphère ouest et représente un lieu pour le moins inhospitalier. Pourtant, ses paysages sont d’une incroyable diversité : désert de sel, roches colorées, dunes… c’est un parc à la fois sauvage et poétique, loin du monde civilisé où la faune et la flore se sont lentement adaptées. À visiter en hiver ou au printemps pour en profiter au maximum. Si vous tentez l’expérience l’été vous allez avoir vraiment très chaud, et il risque d’y avoir du monde.

Arches (Utah)

Arches National Park contient la plus grande concentration d’arches de grès au monde. Il y en a plus de 2 000 qui ont toutes mis des millions d’années à se former par érosion. La star du parc se nomme Delicate Arch qui fait le bonheur des photographes au coucher du soleil ! À ne pas manquer non plus les arches aux noms évocateurs de Devil’s Garden, Balanced Rock ou Fiery Furnace. C’est un parc dépaysant situé dans un désert de roches, mais facilement accessible et qui compte de nombreux circuits de randonnée.

Bryce Canyon (Utah)

Les superlatifs ne manquent pas quand on découvre Bryce Canyon pour la première fois. Moins célèbre que le Grand Canyon ou Yosemite, il est pourtant fantastique en raison de ses nombreux amphithéâtres naturels et ses flèches appelées « hoodoos ​». Ce seront sans doute les caractéristiques géologiques les plus distinctes que vous aurez jamais vues dans votre vie. Très facile d’accès, quelques heures suffisent pour en faire le tour en voiture et s’arrêter aux différents points de vue. Pourtant, si vous chaussez vos chaussures de randonnée, l’expérience est époustouflante et on se croirait sur une autre planète.

Grand Teton (Wyoming)

Oui, en français, le nom peut prêter à sourire ! Grand Teton est un parc à proximité de Yellowstone et qui reste dans l’ombre de ce grand frère très populaire. S’il n’a pas ses caractéristiques hydrothermales distinctives, il reste un parc où ses montagnes, chutes d’eau, lacs et glaciers constituent un panorama à ne pas manquer. La route qui le traverse vaut le détour à elle seule, mais si vous avez le temps d’aller plus loin et d’explorer le parc, à pied ou en bateau, vous ne le regretterez pas !

Glacier (Montana)

Son nom est pour le moins évocateur ! Fondé en 1910, il compte près de 25 glaciers actifs dans le parc, qui s’étend des États-Unis jusqu’en Colombie-Britannique et en Alberta au Canada. La route « Going-to-the-Sun ​» qui traverse le parc donne un bon aperçu des zones montagneuses abritant les glaciers, les centaines de lacs et les forêts qui accueillent une riche biodiversité. Entre pics, parois abruptes et vallées saisissantes, c’est un concentré spectaculaire.

Zion (Utah)

En 2019, il est devenu le quatrième parc national le plus visité avec 4,5 millions de visiteurs. C’est un parc qui se mérite, car il est beaucoup moins accessible que d’autres de cette liste. Zion, c’est le parc de randonneurs, des amateurs d’escalades et des alpinistes. Si l’aventure vous tente, il ne faut pas manquer « The Subway ​», une randonnée de plus de neuf miles, en partie les pieds dans l’eau qui comporte des passages très pentus. La plus connue reste « Angel’s Landing ​» qui est la randonnée la plus empruntée de tous les parcs nationaux américains. Avec ses 8,7 kilomètres et 453 mètres de dénivelé positif, il faut être bien entraîné, mais la vue sublime sur le Canyon vaut bien tous les sacrifices !

Acadia (Maine)

Terminons cette liste en quittant l’Ouest américain en direction du nord-est, à la frontière canadienne. Le parc national d’Acadia est situé au cœur de l’historique et charmante Nouvelle-Angleterre qui compte de nombreuses petites villes typiques. C’est le plus ancien parc national à l’est du Mississippi, et a longtemps été la plus grande attraction touristique de l’État du Maine. Lieu où terre et mer semblent se rencontrer pour fusionner, c’est un parc national parfait pour se couper de toute civilisation et profiter du calme d’une nature simple et sereine.

Si on pense aux parcs nationaux américains comme un haut lieu du tourisme, ce sont avant tout des endroits dédiés à la protection de la nature. Une rencontre entre tourisme de masse, tourisme vert et tourisme d’aventure où chaque parc met en avant ses caractéristiques propres. Choisir 10 parcs à mettre en valeur sur les 63 existants est forcément un exercice compliqué. Si vous avez eu la chance d’en visiter certains, quel serait votre top-10 pour partir à l’aventure ?

Comments are closed.