FR | EN

Le van : nouveau transport à la mode pour un road-trip réussi en mode pandémie

Moyen de transport hippie par excellence, le van reprend la route en 2021 ! En effet, la pandémie de COVID-19 a incité bon nombre de Français à revoir leur idée du voyage. Parce que l’avion n’est plus une option pour des raisons sanitaires ou écologiques, et parce que les hôtels et les campings sont fermés ou bien moins conviviaux en période de distanciations sociales, les vacanciers ont décidé de prendre les chemins de traverse grâce à un ancien mode de transport : le van. À l’achat ou à la location, cet été, un nombre croissant de Français partiront en vacances en mode itinérance ! Un road-trip teinté de nostalgie qui promet de belles vacances. Retour sur ce phénomène.

Le van : une nouvelle mode vintage réveillée par la pandémie !

Inventé par Westfalia et VW en Europe à la fin des années 1950, le retour en grâce du van fait remonter des souvenirs et naître des passions. Dans son livre « En camping-car » paru en janvier 2018, l’historien Ivan Jablonka réveillait déjà tout un pan de notre histoire en nous plongeant dans ses souvenirs d’enfance et ses pérégrinations aoutiennes en famille. Alors que ces véhicules avaient déjà largement évolué pour des vans plus aménagés et plus confortables, la crise sanitaire a provoqué un engouement inattendu pour ce mode de transport vintage. 

De surcroît, les aventures partagées par les anciens combistes et relatées dans la presse ou les magazines spécialisés ont donné l’envie d’essayer. L’image du van passe alors de marginale à originale : les Français de toutes catégories sociales ont fini par se dire « pourquoi pas nous ! ». Selon Rodolphe Christin, sociologue et auteur du manuel de l’antitourisme, « pour respecter la distanciation sociale et la sécurité sanitaire, le van est un moyen de locomotion idéal. Et puis cet espace mobile permet de garder le contrôle sur le rythme du voyage. Avec lui, on peut découvrir les interstices des territoires ».

Un road-trip made in France

Peu de gens le savent, mais depuis que la marque allemande Westfalia est devenue française, c’est à Benet en Vendée, que sont aujourd’hui construits une grande partie des vans Westfalia. On y produit des « Jules Verne ​» et des « Kepler ​» avec des aménagements modernes et fonctionnels installés respectivement dans des petits bus Mercedes ou VW. « Les spartiates T1 ou T2 aux moteurs un peu poussifs ont beau disposer souvent d’un frigo et de commodités pour la cuisine, les nouveaux venus leur préfèrent la douche chaude, la climatisation et des moteurs puissants ! » dixit Michaël Lengouët, son directeur.

II est vrai aussi qu’avec des moteurs de 150 chevaux et plus, et une boîte automatique ou manuelle à 6 vitesses : les vans d’aujourd’hui peuvent tailler la route bien plus aisément que leurs aînés vintages !

Le directeur de Westfalia garde d’ailleurs le sourire : « nous travaillons sur des commandes d’avant la crise sanitaire. La pandémie a affecté notre production puisqu’il a fallu s’arrêter durant un mois, puis mettre en œuvre les mesures de distanciation physique lors du déconfinement. Nous sentons l’engouement par le retour des concessions, dans lesquelles il y a beaucoup de monde. Nous serons sollicités à la rentrée prochaine, car nous savons que la découverte faite par le moyen de la location pour ce type de vacances se prolonge souvent par un acte d’achat. ​» Les chiffres du marché de la location de van parlent d’eux même : les demandes ont bondi de 174 % entre 2019 et 2020, ralliant de nombreux néophytes qui n’avaient jamais voyagé en van auparavant, confirme Fabien Caujolle, responsable marketing d’Indie Campers.

Voyage, liberté et réseaux sociaux

Voyager en van est donc le moyen de vivre une nouvelle expérience. Neufs ou anciens, premiums ou basiques, les vans sont tendances et les hashtags #vantrip et #vanlife se multiplient sur Instagram. Voyager en van c’est profiter de l’instant présent. Un état d’esprit où la liberté est omniprésente pour avaler de nombreux kilomètres. Week-end, courte escapade, long road-trip, congé sabbatique ou digital nomade, le van peut s’adapter à tous les voyages. Une revanche sur le tourisme de masse où le temps n’est pas compté, mais où il est sublimé par les expériences vécues.

Pour les professionnels du tourisme, le retour en grâce du van s’inscrit aussi dans une certaine forme de tourisme local plus respectueux. De quoi imaginer de nouvelles offres pouvant combiner parking et hébergement pour une nuit, atelier de réparation ou d’entretien mécanique, kits repas ou d’hygiène et conseils pratiques afin de choisir le bon itinéraire. Pour les amoureux des voyages sauvages et de la nature, le van reste un incontournable. De quoi allier sécurité sanitaire, flexibilité, liberté et aventures pour une expérience inoubliable.

Comments are closed.