FR | EN

Le tourisme de demain : regard d’expert David Sprecher

Alors que le secteur du tourisme, des loisirs et de l’événementiel a été l’un des plus touchés par la pandémie causée par le Sars-Cov-2, nous nous sommes interrogés sur le tourisme de demain. À quoi ressemblera-t-il ? Comment va-t-il évoluer ? Est-ce qu’il sera très différent du tourisme pré-COVID ? Pour imaginer le futur, nous avons consulté sept experts qui nous ont livré leur regard sur le sujet. Aujourd’hui, c’est David Sprecher, avocat spécialisé dans le secteur du tourisme et intervenant à l’école de tourisme de Troyes qui nous livre ses impressions.

 

« Le tourisme du futur sera très proche de celui du passé. ​» 

 

Quel regard portez-vous sur la crise traversée par les acteurs du tourisme ?

 

David Sprecher : « Je suis actif dans le tourisme depuis plus de 25 ans, et je n’ai jamais rien vécu de semblable. Dès les premiers confinements, j’ai beaucoup travaillé pour gérer le rapatriement des touristes Français bloqués à l’étranger et toutes les questions relatives aux remboursements des prestations annulées, en particulier de la part des compagnies aériennes. Du côté des professionnels du transport touristique, les impacts ont été considérables avec des pertes de revenus immenses. Les conséquences de la crise dépendent aussi beaucoup des politiques mises en place. Ainsi, en France ou en Israël, les gouvernements ont été très généreux par rapport à d’autres pays qui ont laissé les professionnels du tourisme gérer la situation seuls. ​»

 

Est-ce que les caractéristiques du tourisme pré-COVID et post-COVID seront les mêmes ?

 

David Sprecher : « Les gens ont été très marqués par l’aspect sanitaire de la crise et je pense que cela va perdurer encore dans le futur. Les destinations privilégiées demain seront celles qui auront pris toute la mesure de la situation et celles qui se seront le mieux défendues par rapport aux différentes vagues de la pandémie. On voit d’ailleurs émerger la notion de clean tourism pour désigner des destinations ou des hébergements qui respectent des normes très strictes en matière de nettoyage et de désinfection. Pour autant, à terme, je pense que le tourisme de masse va revenir. C’est inéluctable, car c’est un tourisme pour la classe moyenne qui a envie de voyager. La seule question qui reste en suspens est de savoir quand celui-ci va repartir. ​»  

 

Quelles sont les tendances du tourisme de demain ?

 

David Sprecher : « Je pense qu’elles s’articuleront autour de trois grandes thématiques. La première, c’est tout ce qui est lié à l’hygiène, la propreté et la sécurité. Ce sont des destinations ou des offres touristiques qui doivent redonner confiance et rassurer. La seconde, c’est le tourisme local. Les destinations de proximité vont retrouver des couleurs, car elles ont été plébiscitées lors des moments de déconfinement en 2020 et 2021. Enfin, la question du slow tourism est aussi présente. Un tourisme moins consumériste, où l’on prend son temps, où l’on profite des rencontres et où la démarche est plus authentique avec des rencontres et des expériences sincères. ​» 

 

Quels seront les nouveaux métiers du tourisme d’ici 5 ou 10 ans ?

 

David Sprecher : « Je ne suis pas certain que l’on va assister à une déferlante de nouveaux métiers. On va plutôt assister à des évolutions des métiers existants. La clientèle aime les experts. Demain, nous aurons de plus en plus besoin de personnes qui ne sont pas uniquement des agents de voyage, mais des passionnés. Des personnes dotées d’une grande culture et d’excellentes capacités à communiquer efficacement. Le tourisme, ce sont des expériences et des émotions, et il faut des professionnels de haut niveau pour pouvoir les partager. ​» 

 

On parle beaucoup du numérique dans le tourisme de demain. Qu’en pensez-vous ?

 

David Sprecher : « C’est certain que le numérique est partout, mais au niveau des vrais acteurs du tourisme, on a surtout besoin d’humain. Ce n’est pas le digital qui fait l’expérience touristique, ce sont avant tout les femmes et les hommes qui travaillent, aident et accompagnent les touristes. Le numérique est intéressant sur le côté technique, bien sûr, mais le rapport humain est irremplaçable. Le meilleur exemple, avec la pandémie, est le fait que les voyageurs qui ont acheté leurs voyages dans une agence physique ont été remboursés bien plus rapidement que ceux qui ont misé sur les grandes plateformes web avec un service client souvent déshumanisé. ​» 

 

Quelles sont les qualités du manager du tourisme de demain ?

 

David Sprecher : « La première, c’est l’écoute. Il doit être à l’écoute du client et savoir anticiper les demandes. La seconde c’est d’être lucide et bienveillant en accomplissant son devoir d’information. La pandémie a montré que les règles peuvent changer en permanence. Visa, ouvertures ou fermetures des frontières, assurances, rapatriement, règles vaccinales… il faut être en permanence connecté à la réalité du marché, être en veille constante et faire son travail avec transparence. ​» 

Comments are closed.